Mercredi 20 janvier 3 20 /01 /Jan 09:14

celia-bainJeudi 14-01-2010

16.00 heures

Alors que j’étais nue sous ma longue robe noire moulante, car Maître m’avait ordonnée de laisser mes sous vêtements dans le tiroir de mon bureau, je prenais le chemin de la maison , lorsque repensant à ma lecture du midi (j’ai acheté un livre cochon d’Esparbec) je me sentais toute chose et décidais de passer au parking des camionneurs en me disant qu’il n’y aurais surement personne a cette heure.

Arrivée sur place, effectivement à peine deux camions stationnés. N’étant pas pressée, je me gare le long d’une allée de buissons, et je me mets à lire la suite du livre, très vite les mots de l’auteur m’excite et ma main se met à caresser ma chatte, se trainant sur mon clito.

Après quelques chapitres, j’étais maintenant totalement excitée, et j’entendais tout à coup du bruit au dehors , je n’avais pas regardée , mais plusieurs camions étaient arrivés entre temps. Comment leur faire remarquer ma présence une idée me traversa l’esprit.

Je sortis de la voiture relevai le capot moteur avec une bouteille d’eau à mes cotés.

Alors que je me penchais exagérément sur le moteur , j’entendis une voix me dire un problème m’dame ?

Heu, oui je ne trouve pas où mettre l’eau pour les essuies glaces .

- Attendez je vais vous arranger ça, me dit il, il avait surement du remarquer que je ne portais pas de culotte vu le moulant de ma robe, et son petit sourire en coin, il n’était pas mal, bien baraqué.

- Voilà c’est fait ma p’tite dame, je le remerciait et il s’en retourna à son camion.

Je remontai dans la voiture, en sachant que j’avais attiré son attention et la vitre au trois quart ouvert je repris ma lecture en prenant soin de remonter ma robe à mi-cuisses. Ma main caressait à nouveau ma chatte et j’étais excitée plus qu’il n’en fallait. Lorsque je relevais la tête je vis trois queues en train de s’astiquer devant moi. Comment résister, j’entendis un homme dire aux autres, c’est la salope de l’autre soir, vous verrez comme elle est bonne.

Je décidais de m’avancer vers elles je me mis à quatre pattes et je reconnus effectivement un des routier de l’autre soir, je lui souris, puis, pris sa queue en bouche et me mis à le sucer tout en prenant les deux autres en main et en les malaxant du mieux que je pu.

Tour à tour ils passèrent dans ma bouche se durcissant de plus en plus tout à coup leurs mains passèrent par la fenêtre et se mirent à peloter mes seins en pinçant mes tétons bien durs.

On pourra te baiser me demandèrent ils, « non  répondis je mais vous pourrez vous vider les couilles sur moi », ils baissèrent ma robe afin de bien voir mes seins.

Tout à coup n’ayant rien entendu je sentis une main me caressant la chatte, un quatrième homme nous avaient rejoint et étais passé coté conducteur il avait mon cul en plaine face, je continuais à pomper les queues bien fort passant de l’une à l’autre j’étais toute en chaleur, l’autre me pinçait le clito avec 2 doigts dans la chatte faisait des vas et viens. « Mmmhh continuez les mecs vous êtes trop bons ».

Derrière moi alors qu’il avait toujours deux doigts dans ma chatte il me cracha sur les fesses et fit glisser sa salive sur mon cul , non lui dis-je ! allons tu verras comme c’est bon, et d’un coup il pénétra un doigt dans mon anus. Oh ! les vas et viens dans ma chatte et mon cul , les queues dans mes mains et en bouche je ne tenais plus , je m’assis sur le siège la robe baissée et leurs dit « allez les gars c’est le moment , envoyez moi votre foutre bien chaud » , ma robe à mes pieds, ils se mirent à se branler pendant que je prenais leurs couilles en main , un à gauche, trois à droite, de plus en plus vite, ils s’exécutaient.

Et d’un jet commun comme si ils avaient répétés d’avance ils explosèrent tous les trois en même temps sur mes seins, ma chatte, mon ventre, ma figure , il y en avait partout, à les salauds il s’étaient retenus pendant quelques jours. Je les entendis dire « alors salope ca t’as plu ? je vous avait dit qu’elle était bonne ! oui c’est vrai disait un autre ! oui une vraie salope ! disait le dernier ».

« Bon nous on y va , à plus la salope dit le dernier » en se retournant vers son bahut. Et ils me laissèrent là, nue, salie, mais remplie de bonheur, car ils avaient réussis à me faire jouir les salauds.

Un petit coup de serviette, je remonte ma robe, démarre et me dit que la vie est belle et bonne et qu’il faut profiter de tous les moments de plaisirs.

Merci les routiers.

Merci Maître



Par Mc
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Images Aléatoires

  • DSCN0116
  • 100
  • 1198510483
  • belle table
  • DSCN0107

Calendrier

Avril 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Derniers Commentaires

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés